lundi 23 mars 2009

Antisocial


Ce qu'il y a de formidable sur internet c'est son immédiateté, tout le monde en convient.

Il y a aussi des sites très à la mode que l'on appelle des réseaux sociaux tels que MSN, facebook ou twitter qui permettent une chose absolument fabuleuse aux filles comme moi (oui, je sais j'ai 32 ans, je devrais dire "femme", mais vu la suite de mes propos, le mot femme serait quelque peu ridicule) : l'assouvissement de notre besoin irrépressible de parler !

J'ai toujours été bavarde. C'était d'ailleurs un des seuls reproches que m'ont toujours fait mes professeurs (ça et mon blocage en maths, mais c'est une autre histoire). Alors quand on est à l'école avec ses copines toutes aussi bavardes, tout va bien. Mais quand on finit par grandir, et avoir un travail sérieux (oui parce qu'assistante réalisateur, c'est vraiment un métier de fainéant d'intermittent !) on a donc un certain standing à tenir.

En l'occurrence, étant hôtesse d'accueil bilingue (hum) dans une société où les mots "allô" et "d'accord" sont proscrits (car considérés comme trop familiers...!), je n'ai que peu l'occasion de copiner voyez-vous. Je reste donc des heures entières à accueillir peu de gens et à répondre à peu d'appels. Je travaille dans ce qu'on appelle une planque.
Mon échappatoire est donc internet, grâce auquel je retrouve tous mes amis (ou presque) avec qui je peux discuter de manière plus ou moins instantanée.

Il y a évidemment MSN (ah non on dit ouindose lailleve messainejeur), pour les discussions quasi téléphoniques puisqu'on se répond en direct.

Vient ensuite facebook et son bric à brac de fonctionnalités toutes plus inutiles qu'improbables (mais parfois très drôles), où l'on s'envoit des cadeaux virtuels comme une chanson de Tom Waits ou un cendrier-coquille-st-jacques, où l'on fait des tests indispensables pour savoir quelle saison l'on incarne, ou quel personnage de notre série favorite nous correspond le plus. Mais tout ceci n'est que le support à l'activité principale sur facebook : le commentaire. Toute action sur ce site est répertoriée et nous sommes invités à commenter les photos, les tests, et les status (un message qui annonce ce que l'on pense ce que l'on fait à l'instant ou on l'écrit) de nos amis virtuels ou pas.

J'ai réalisé que ce qui m'amusait le plus dans facebook, c'était la possibilité de dire tout et (surtout) n'importe quoi à tous mes amis en même temps, bien plus que de faire 18 tests psychologiques par jour ou de recevoir et d'envoyer des "points cool".
Un peu... beaucoup influencée par une amie aussi geek que moi, je me suis donc penchée sur le cas twitter. Contrairement à facebook et à sa débauche d'applications twitter ne sert qu'à une chose : se tenir au courant et informer, à quel que niveau que ce soit : que fait donc Dieu à l'heure actuelle ? Quel est la dernière dépèche AFP ? Est-ce que mon amie Brunehilde a réussi son gâteau ? Et moi d'ajouter à quel point le temps est long au boulot, ou quelle pensée profonde traverse mon esprit (je n'en ai pas encore eu pour le moment, je vous tiendrai au courant).

Attention ! Notez bien que si je passe d'un outil à un autre, je n'en abandonne aucun ! Et c'est ainsi, que le soir en rentrant à la maison je ne passe pas trois heures au téléphone et je ne soule pas (trop) Monsieur en lui racontant ma (vide) journée de travail.



People In Plane - If You Talk too Much (my head will explode)

le 23 mars 2009 - 17h40
Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

doc a dit…

Et tu dis même pas que t'as twitté ce post :D

Jen a dit…

C'est vrai... mais ça donne le tournis tant d'applications !

littlesa a dit…

"influencée par une amie aussi geek que moi" : je ne suis pas... euh, non, rien ;)

Jen a dit…

Disons que tu n'es pas geek, mais si tu te mets à les influencer, c'est encore mieux !